Préparation du dôme

Voici les quelques étapes à réaliser avant de pouvoir vraiment commencer à travailler sur le dôme de R2D2 …

Ebavurage de la découpe au laser

La découpe laisse des bavures sur le côté sortant du laser. Ces bavures sont présentes sur absolument toutes les ouvertures, sur les deux dômes, et il faut enlever tout cela.ebavurage

Pour cela, j’ai utilisé des limes et un outil ébavureur (à gauche sur la photo) pour la finition. Il faut compter quelques heures de travail pour en arriver à bout.

outils

Préparation du roulement

Pour que la tête de R2D2 puisse tourner, il faut un roulement à billes de grande taille. La pièce « standard » chez les constructeurs de R2 est le « Lazy Susan » de chez Rockler, qui est un support de plateau tournant.

Le mien est un ersatz acheté en Chine, qui avait 2 défauts :

  • il était consciencieusement enroulé dans 2 couches de scotch (côté collant sur la pièce …), ça m’a pris un certain temps pour tout enlever !
  • Ça ne tournait pas très rond (des points durs à certains endroits)

Pour arranger le deuxième point, il suffit de démonter le roulement, ce qui n’est pas difficile à faire :

  • retirer la vis qui est sur le côté du cercle extérieur, cela permet de retirer les billes
  • faire tomber les billes dans un récipient
  • quand il n’y a plus de bille, les deux parties du roulement se séparent
  • nettoyer l’intérieur du roulement et y passer de la laine d’acier 0000
  • remonter le roulement en suivant les étapes en sans inverse

Après cela le roulement marche beaucoup mieux !

billes roulement dôme

Autre point, les 6 percements sur le roulement intérieur n’étaient pas espacés régulièrement, j’en ai refait 6 autres. J’ai taraudé en M6 les trous extérieurs.

Préparation de la base du dôme

J’ai eu besoin d’ovaliser légèrement les percements de la plaque de base du dôme pour qu’ils tombent en face de mon roulement. C’est vite corrigé à la lime.

support dôme

support dôme Il est alors possible d’assembler la base du dôme et le roulement (attention, c’est de la visserie US qui est fournie avec le dôme …) :support dôme complet

Finition de la surface du dôme

Le dôme est fourni tel qu’il sort des machines de découpe, il faut le nettoyer un minimum avant d’attaquer la finition (eau savonneuse, alcool …)

Il y a plusieurs écoles en ce qui concerne l’état de surface du dôme. Certains veulent une finition « miroir », d’autres vont au contraire chercher à avoir un aspect le plus usagé possible.

Pour ma part, j’ai décidé de faire un R2D2 qui n’est clairement pas neuf, mais qui est quand même maintenu en état par son propriétaire, dans la mesure du possible. Je ne vais donc pas chercher à gommer tous les petits défauts (scratchs, éclats sur la peinture …), ce qui va contribuer à donner un aspect « patiné » au robot.

La finition de mon dôme est faite comme cela :

  • Ponçage au papier de verre 600 à l’eau
  • Ponçage au papier de verre 800 à l’eau
  • Laine d’acier 0000
  • Finition au polish auto

Ce n’est pas très long à faire, je dirais moins d’une heure.

Sur la photo, le dôme sans finition à gauche, après ponçage à droite :

Surface du dôme

Dans le prochain article, on va s’attaquer à la découpe et au montage des trappes !

La tête de R2D2

Un R2-D2, c’est une tête (pas vraiment) demi-sphérique, un corps cylindrique et deux jambes. On peut faire les choses dans l’ordre que l’on veut, mais la plupart des constructeurs commencent par la tête, et ça me semble effectivement être une bone idée (c’est la partie qui s’approche le plus du modélisme que je connais…).

Pour construire la tête, il faut tout d’abord un dôme, et c’est là que les problèmes commencent: il a une forme tout à fait particulière, c’est une sorte de demi-sphère étirée vers le haut, son diamètre est de 46cm et sa hauteur est de 30cm (ça serait 23 cm si c’était vraiment une demi-sphère …).

On peut trouver des formes approchantes dans des objets du commerce (certains utilisent un modèle de lampe Ikea…) mais rien de vraiment à la bonne dimension. Le vrai dôme est en fait le réflecteur d’un modèle de projecteur qui n’existe plus depuis longtemps.

Une autre solution est d’en faire un en fibre de verre (les R2 de l’empire contre-attaque sont faits comme cela _ moulés sur les dômes des R2 du premier Star Wars …). Il faut faire un master (en styrodur) , le moulage (tissus de verre/mèche carbone/résine epoxy) puis la finition (mastic, poncage, huile de coude), c’est un très très gros boulot.

Difficulté supplémentaire, on a en fait besoin non pas d’un dôme, mais de deux dômes imbriqués, pour pouvoir reproduire les panneaux découpés dans l’épaisseur de l’aluminium.

En général j’aime bien faire tout moi même, mais là c’est vraiment trop compliqué.

La seule option qui reste est de trouver un artisan qui possède les bonnes machines et peut fabriquer et vendre ces dômes. Pour cela il faut aller sur le forum astromech.net, où on va trouver principalement deux vendeurs américains, qui réalisent des petites séries, l’un en plastique, l’autre en aluminium. Evidemment, entre les deux il y a une différence de prix non négligeable.

Pour ma part j’ai cassé ma tirelire et j’ai commandé celui en aluminium. Les frais de ports depuis les USA et la douane ajoutent environ 33% au prix de vente initial.

Au bout de quelques semaines j’ai reçu deux dômes en aluminium de 2mm d’épaisseur, avec les trappes prédécoupées au laser, plus le support qui va en dessous en deux parties (une plaque horizontale et un très bel anneau en aluminium massif). Les deux dômes s’imbriquent parfaitement, la découpe laser laisse des bavures dont il faudra s’occuper (prochain article !)

r2-dome

Pour information, les formes sont réalisées avec ce genre de machine (définitivement pas accessible à un particulier !) :

Au final, les dômes sont vraiment superbes, et on en oublierait (presque) le prix ! Sauf imprévu, cela devrait être la seule pièce de R2 que je devrais acheter.

Prochain article : la préparation du dôme …

Et si on construisait un R2-D2 ?

Ca fait un moment que je construit toutes sortes de choses : des maquettes d’avions, de bateaux, des figurines, des circuits électroniques, des robots …

On est en mai 2016, et je viens de terminer ce bateau tout en bois, avec voiles et gréement :

bateau1

Du coup, je cherche un nouveau projet sur lequel me lancer, et si je fais un petit bilan des choses que j’ai apprises jusqu’à maintenant, je vais y trouver :

  • Assembler un kit en suivant un plan
  • Dessiner un plan à la main ou à l’ordinateur
  • Concevoir des circuits électroniques, utiliser un fer à souder
  • Utiliser un aérographe, ajouter de la patine aux modèles
  • Travailler avec du bois, du métal, des matériaux composites
  • Utiliser une imprimante 3D
  • … liste non exhaustive 🙂

Que pourrais-je bien faire qui utilise toutes ces connaissances ? J’ai trouvé la réponse dans Make Magazine (makezine.com) de mai-juin 2016, sous la forme d’un article montrant la construction d’un R2-D2 échelle 1:1 !

Après avoir un peu hésité à me lancer dans un aussi gros projet, je me suis finalement décidé après m’être inscrit sur le forum de référence astromech.net , et avoir lu quelques logs de construction montrant des techniques très différentes pour arriver au résultat.

Un point important est qu’il n’y a pas de méthode de construction officielle, ni de kit tout prêt : c’est à chacun de se débrouiller à partir des plans publiés par astromech.net !

Pour ma part, je me suis décidé à construire un R2 échelle 1:1, qui peut se déplacer, avec des éléments animés (trappes, périscopes …), effets lumineux, effets sonores … Le dôme sera en métal et le reste du corps sera un mélange de structure métallique / revêtement plastique. Les petits éléments seront faits à l’imprimante 3D.

Je vais donc essayer de décrire dans ce blog l’avancement de la construction de mon R2-D2, et aussi publier les fichiers (objets 3D, schémas, logiciels …) que j’ai conçus pour l’occasion.

Au moment où j’écris ces lignes j’ai déjà une tête qui est bien avancée, vous pouvez suivre la progression sur mon twitter que j’alimente régulièrement.